jeudi 27 juillet 2017

IA



que compagnon idéal me pardonne mais ça commence à me fatiguer cette histoire d’intelligence artificielle. on n’entend parler que de ça. mais plus seulement pour battre un champion d’échecs ou un champion de go… 
entre l’affaire grégory qui aurait été relancée grâce au travail d’un super logiciel qui aurait compilé des millions d’informations ; PredPol, un logiciel dont l’algorithme permet de prédire où et quand un crime va être commis ; les logiciels de justice prédictive qui permettent de pronostiquer la décision d’un juge en compilant les verdicts de millions de procès déjà établis, et last but not least les logiciels d’aide à la décision boursière, on se croirait dans un film de science-fiction. 


tout ça devient bien technique, et sans revenir au doigt mouillé, bientôt l’intuition, l’intime conviction, le feeling, ne vaudront plus un pet de lapin

je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer, mais j'espère qu'on n'en arrivera pas, en plus, à la situation décrite dans "her", où l'amoureuse du héros est une créature de l'IA...
 

très bon film mais situation pathétique...

1 commentaire: