samedi 27 août 2011

paris-st gilles


on n'a pas pu resister, on est descendus pour un long we. 6 heures de route et a nous la playa.

 
costume de plage

bon... avec le soleil c'est mieux, mais dans vendee y a vent : et c'est tant mieux parce qu'il finit toujours par pousser les nuages : la preuve !


polka dans son trou


ciel bleu et plage immense

leptitlu pour une fois sur la photo


arret oblige chez l'un des glaciers de st gilles


a monter soi meme



difficile de se dispenser du concept «a monter soi meme» cher a ikea, fly ou habitat, quoiqu'a chaque fois on ne manque pas de dire qu'on ne nous y reprendra plus..

oui mais aujourd'hui il semble que tout, du lit a l'armoire en passant par la table soit a monter soi meme, ce qui requiert patience, aptitude, place et outillage, sans parler bien sur de l'envie ! en meme temps on n'a pas tellement de choix.

evidemment les notices precisent que c'est a la portee de n'importe quel manchot, en une heure montre en main. et bien je vous le dis, moi, c'est pas vrai du tout ! d'une part il faut ses deux mains, et avec d'autres encore c'est mieux, et d'autre part on n'arrive a rien en moins de 3 heures.


tout le monde s'y met... plus ou moins

oui.. c'est une table

schema super clair

le petit materiel

en conclusion : bjursta, svelvik, norrnas sont aussi barbares a monter qu'a prononcer...

le clapier


des la nouvelle du retour en france confirmee, en decembre, leptitlu avait fait une demande de logement social a paris.

apres avoir obtenu de haute lutte, et quoique fort bien logee en inde, un «numero de mal loge», condition sine qua non d'une eventuelle attribution, un logement lui avait ete genereusement attribue, bien place, quoique minuscule et dans une residence cosmopolite, c'est le moins qu'on puisse dire.


S/305 156 rue raymond losserand 75014 paris

le premier choc de la surface de la piece a vivre -12 m2- absorbe, finalement le clapier n'est pas si mal. la residence est propre et paisible (c'est peut etre lie au ramadan), avec plein de chiens-chiens a memere, dans un quartier tres agreable, les rues raymond losserand et alesia, a 15 mn a pied du travail de compagnon ideal et 15 mn en metro du travail duptitlu, ce qui est bien pratique.


la cuisine en cours d'amenagement

chambre de fils cadet

c'est bien moins facile d'acces pour fils cadet qui, du coup, en remet une couche sur la moto... son lycee, camille see, qu'on n'avait pas demande... n'est pas loin a vol d'oiseau, mais fils cadet n'est pas un oiseau, d'ou la moto... de plus camille see est moche, dit fils cadet, ce n'est pas faux.. soi-disant art nouveau mais un poil stalinien... dans un tres beau quartier cependant, a 200 metres de la mairie du 15eme, et face a un grand parc.  la rentree, le 5 septembre, nous permettra peut etre de debusquer l'art nouveau derriere le stalinien...

pour revenir au clapier... en ce moment meme alors que nous sommes en vendee pour un long we, l'appartement est en train de subir un lifting et on devrait le retrouver lundi soir immacule, ce qui devrait lui donner une toute autre allure.

la piece a vivre... un peu encombree
et aux dernieres nouvelles notre container est en mer depuis le 20 aout, et devrait arriver d'ici 20 a 30 jours... enfin, wait and see...

paris

une semaine tout juste apres avoir atterri a roissy, on a la chance d'avoir un temps superbe, et quelques jours pour en profiter...

quelques photos hors des sentiers battus


bains douches



eglise

on parle de polka

bistrot

mythique 4L

velib'

dame de fer

vendredi 19 août 2011

je vous ecris depuis l'aeroport...


...ou j'attends d'embarquer.

ainsi s'acheve l'epopee indienne du ptitlu. j'espere que vous avez aime me lire comme j'ai aime partager avec vous cette experience. l'inde n'est pas un pays qui laisse indifferent, c'est un pays fort, complexe, difficile, mais aussi riche, colore, pitoresque, qui pousse a reflechir, s'interroger, se remettre en question.

la relation d'un etranger avec ce pays est faite de hauts et de bas, les moments d'euphorie et d'exaltation succedent aux moments de fatigue et de decouragement, voire de colere. le risque est de se blinder, de fermer ses yeux et ses oreilles pour se proteger. si au contraire on arrive a rester permeable, a garder intacte la curiosite, a pratiquer la patience, c'est a tous les coins de rue, et dans chaque echange qu'on est interloqué, qu'on apprend quelque chose de nouveau, qu'on sourit.

en trois annees, justement a cause de ces hauts et de ces bas, mais surtout parce que l'inde est un grand pays, on n'a pas fait tout ce qu'on aurait aime faire, pas vu tout ce qui en valait la peine. on ne peut meme pas dire qu'on reviendra. on ne dit pas non plus qu'on ne reviendra jamais, mais le monde est si vaste, il y a tant d'endroits a decouvrir encore, qu'il faut laisser la vie aller son chemin. on verra bien ou le chemin nous emmenera.

fils cadet, qui a beaucoup aime ce pays, comme fils aine d'ailleurs qui y est venu en vacances, a deja des projets de retour.

compagnon ideal, lui, savoure son retour a paris, meme s'il a quelques bouffees nostalgiques par moments.

moi, je suis maintenant tournee vers l'avenir : paris. gageons que de la aussi, si vous voulez bien me suivre, j'aurai des choses a vous raconter.

ken fait du fromage


pendant ma journee consacree a noida j’ai aussi eu l’occasion de visiter une usine de fromage francais dont la production, adaptee aux gouts locaux, produit essentiellement du fromage fondu qu’en bon francais on appelle des dips.
l’usine est superbe surtout comparativement à ce qu’on trouve localement mais la conservation d’un standard de qualite et d’hygiene demande à ken une enorme energie. heureusement qu’il n’en manque pas, quoique certains soirs on le sente « agace ». il y a toujours quelque chose qui ne fonctionne pas ou qui manque, des ordures qui trainent, 50 cm d’herbe alors qu’il y a 3 jardiniers, des echeances non respectees et des bretelles a remonter. a la longue c’est fatiguant, meme pour ken.

ken

ce n'est pas une raffinerie de petrole, mais une fromagerie


la recette de cuisine


pour faire du fromage faut du beurre


fromage "rape"


fromage fondu


les poches plastiques sont faites sur place


remplissage des petits pots

le labo



le niveau de securite est difficile a garder

 

textile



les indiens sont de tres bons artisans, les boutiques, marches, maisons oocidentales regorgent des produits fabriques ici : papier, travail du bois, papier mache, boules de noel, bijoux, et autres imitations d'articles "anciens" fabriques par milliers la semaine derniere.

mais leur point fort c'est quand meme le textile, quoiqu'ils jouent aujourd'hui jeu a peu pres egal avec leur voisin le bangladesh pour ce qui est de la confection bas de gamme, ca reste une domaine dans lequel ils sont inventifs, competitifs et surtout productifs.

beaucoup d'entreprises francaises et etrangeres font leur "sourcing" en inde, c'est a dire qu'ils s'approvisionnent ici, ou font realiser, que ce soit dans l'ameublement ou la confection. ikea, tex (carrefour), z, jacqueline riu, rene derhy, desigual, et bien d'autres, font fabriquer ici a moindre cout et revendent en france ou ailleurs, quelque fois a prix d'or, notamment dans l'ameublement et la decoration.

j'ai eu l'occasion de visiter ici une usine de tricot et un faconnier (couturier). c'est impressionnant. regardez :

tout commence toujours comme ca :
la puja quotidienne

les patrons


la salle de couture : 24 machines a coudre en
sous sol, une table de coupe et une table de patronnage


vetements ou deco, tout vient de la


une vingtaine de tricoteuses manuelles en sous sol


votre petit top de l'hiver prochain



4 tricoteuses electroniques egalement en sous sol


des fils de toutes les couleurs, c'est l'hiver
color block


emballe c'est plie



jeudi 18 août 2011

noida

je pense vous l'avoir montre tout au long de ce blog, l'inde ce n'est pas seulement la cite de la joie et la pauvrete. c'est un pays complexe, qui se developpe a grande vitesse quoiqu'inegalement selon qu'on est en ville ou a la campagne, riche ou pauvre, brahmane ou intouchable, hindou ou d'une autre confession, eduque ou illetre. le developpement urbain est lui aussi irregulier, chaotique, de belles et larges avenues, de belles maisons coloniales ou ultra modernes, des parcs superbes et fleuris peuvent laisser place, selon les quartiers, a des ruelles insalubres, des immeubles en ruine ou des bidonvilles, des decharges a ciel ouvert.

il faudra du temps, mais ceux qui etaient la il y a 10 ans assurent que le pays a change de facon extraordinaire. nous memes avons note la difference en 3 ans, grace notamment aux jeux du commonwealth tenus en octobre 2010.

il reste bien sur beaucoup a faire. et les manifestations des derniers mois contre la corruption forcent le gouvernement a agir pour un assainissement de leconomie necessaire au developpement.

une bonne illustration de ce contraste entre l'inde qui est souvent depeinte dans la litterature ou les reportages, et l'inde qui bouge, est le developpement de deux banlieues de new delhi. l'une au sud, gurgaon, l'autre au nord est, noida.

pour info delhi est une division administrative a part entiere, hors etat, comme washington dans le district de columbia.

noida est dans l'etat d'uttar pradesh, le plus peuple d'inde, gouverne depuis 2007 pas une intouchable, megawati, qui depuis son avenement est passee de la defense des sans caste au culte de sa propre personnalite.

fleuron de l'uttar pradesh, cette ville champignon, herissee de grues (et de statues a l'effigie de megawati), n'etait, il y a moins de 10 ans, que champs et marecages. depuis notre arrivee, il n'y a a pas de jours qu'on ne recoive une pub sur les portables pour acheter un appartement, 1, 2, ou n chambres, dans un complexe avec gardiennage, piscine, fitness trail, salle de gym, dont le prix laisse songeur...

comme noida est sortie de rien, a la facon des villes americaines ou de brasilia, elle est divisee en secteurs numerotes,


une voie express 2 x 3 voies la dessert, avec un peage pour lequel on peut s'abonner,


le metro y arrive mais doit etre encore prolonge, et une ligne de bus dediee circule sur son propre couloir.



le reve immobilier du jeune couple indien

complexe utopia

residence gardiennee

bref le 21eme siecle est vraiment la, a deux pas encore, du moyen age : marche en plein air sur le trottoir, cycle-rickshaw, vaches et cochons dans les ruelles de terre battue, tas d'ordures sauvages.

  


quoi qu'il arrive, meme loin, on suivra attentivement le developpement de cette partie du monde.

dimanche 14 août 2011

hp gaz company


je ne resiste pas a vous narrer ma visite a la compagnie de gaz pour resilier mon contrat.

j'y suis allee une premiere fois samedi en debut d'apres midi. a l'arriere du marche de defence colony, peu ragoutant surtout compare au cote "hype" de l'avant.

la boutique, elle meme, qu'on atteint en faisant un grand detour parce qu'il y a une inondation d'eau nauseabonde tout autour, ne paye pas de mine.
on entre dans une premiere piece ou sont installes deux preposes, plutot sale, encombree, avec des ecrans d'ordinateur et dans lequel on fume.
a l'arriere, un bureau vitre de 10 m2 environ vers lequel on me dirige puisque je viens resilier mon contrat, il faut donc que je vois le chef.

justement je vois le chef. il est allonge sur son fauteuil en position sieste (il est 14 heures), les yeux mi-clos, la chemise tendue sur le ventre proeminent. visiblement je le derange. il est cerne de piles de vieux papiers tout pourris empiles, plutot pas mal d'ailleurs, sur les 3 murs, dans un placard qui ne ferme plus et sur son bureau. 

il m'explique ce que je dois faire, c'est assez simple. je repars attendre a la maison le cycliste qui doit passer prendre mes "cylindres" c'est comme ca qu'on appelle les bouteilles de gaz ici. celui-ci finit par arriver, recupere les "cylindres'' et je peux ensuite retourner a la boutique pour me faire rembourser mon "deposit". ce que je fais vers 16h30.

et la, vu qu'il est un peu plus reveille, quoique toujours couche, je ne resiste pas, je l'interroge sur l'utilite des papiers que je vois partout et il m'explique qu'ils gardent tous les papiers depuis 50 ans et pour toujours. franchement ca m'etonnerait. 50 ans c'est beaucoup, d'autant que pour avoir le gaz il a fallu fournir 50 papiers, donc 50 ans d'archives prendraient bien plus que les 4 murs de ce petit bureau.

c'est egal, ca reste impressionnant. je lui demande si je peux faire une photo du fatras et il accepte, indifferent.

la voila.


je serais curieuse de savoir ce qu'il va advenir de mes cylindres. le chef ne rentre aucune donnee dans son ordinateur et ne me donne rien comme preuve de ma resiliation. il raye le papier au stylo et l'empile sur un cote de son bureau. j'insiste pour en avoir une copie et il condescend a allumer sa photocopieuse pour ce faire.

il y a fort a parier que ces cylindres rejoindront leurs petits freres qui s'echangent "au noir" (cf "conversation avec mon chauffeur"), ce qui en rendra le commerce bien plus lucratif que s'il etait officiel... surtout pour le chef !