vendredi 19 août 2011

je vous ecris depuis l'aeroport...


...ou j'attends d'embarquer.

ainsi s'acheve l'epopee indienne du ptitlu. j'espere que vous avez aime me lire comme j'ai aime partager avec vous cette experience. l'inde n'est pas un pays qui laisse indifferent, c'est un pays fort, complexe, difficile, mais aussi riche, colore, pitoresque, qui pousse a reflechir, s'interroger, se remettre en question.

la relation d'un etranger avec ce pays est faite de hauts et de bas, les moments d'euphorie et d'exaltation succedent aux moments de fatigue et de decouragement, voire de colere. le risque est de se blinder, de fermer ses yeux et ses oreilles pour se proteger. si au contraire on arrive a rester permeable, a garder intacte la curiosite, a pratiquer la patience, c'est a tous les coins de rue, et dans chaque echange qu'on est interloqué, qu'on apprend quelque chose de nouveau, qu'on sourit.

en trois annees, justement a cause de ces hauts et de ces bas, mais surtout parce que l'inde est un grand pays, on n'a pas fait tout ce qu'on aurait aime faire, pas vu tout ce qui en valait la peine. on ne peut meme pas dire qu'on reviendra. on ne dit pas non plus qu'on ne reviendra jamais, mais le monde est si vaste, il y a tant d'endroits a decouvrir encore, qu'il faut laisser la vie aller son chemin. on verra bien ou le chemin nous emmenera.

fils cadet, qui a beaucoup aime ce pays, comme fils aine d'ailleurs qui y est venu en vacances, a deja des projets de retour.

compagnon ideal, lui, savoure son retour a paris, meme s'il a quelques bouffees nostalgiques par moments.

moi, je suis maintenant tournee vers l'avenir : paris. gageons que de la aussi, si vous voulez bien me suivre, j'aurai des choses a vous raconter.

1 commentaire:

  1. Compagnon Idéal22 août 2011 à 16:46

    De nous trois, j'ai peut être été le moins perméable mais aussi le plus exposé. Je suis partis d'Inde transformé, comme tout le monde même si ça ne se vois pas au premier abords. J'ai parfois la parole dure sur l'Inde mais je ne cache pas que j'y ai aussi un attachement. C'était ma première expérience de vie à l'étranger et je ne fais pas encore la part des choses entre le sentiment dû au fait d'être loin de son pays, d'une manière générale, et celui d'avoir vécu en Inde particulièrement. Il me faudra probablement une autre expérience ailleurs pour pouvoir tirer un bilan complet de celle-ci...

    RépondreSupprimer