mercredi 29 mars 2017

vocabulaire : déréliction, kezako ?

j'aime bien découvrir et faire partager des mots difficiles, rares, bizarres, rigolos, exotiques ou évocateurs.

aujourd'hui j'ai choisi "déréliction". du latin derelictio, qui veut dire abandon

bon... mais encore. c'est un nom féminin (évidemment).

théologie :  épreuve de la vie mystique dans laquelle le fidèle a le sentiment d'avoir perdu la grâce, d'être dédaigné pour l'éternité. 

littéraire : sentiment d'abandon, d'isolement et de solitude morale.

 

explication. ce qu'on pourrait ressentir seul sur une île déserte après un naufrage, le sentiment que personne ne viendra nous chercher et qu'on n'existe plus pour personne.

comment le replacer dans une conversation ? exemple. "un silence mortel accompagne la déréliction à perte de vue" (yasmina khadra dans Les hirondelles de Kaboul). 

à ne pas placer trop souvent parce que, évidemment, ça plombe l'ambiance...

samedi 25 mars 2017

allah n'est pas obligé



birahima est un petit garçon d’une dizaine d’années soudain orphelin qui se retrouve un temps dans la rue livré à lui-même, puis est embarqué dans un voyage qui le mène au libéria, où il recherche sa tante. 

avec le grigriman qui l'accompagne, il est alors emporté par la tourmente de la guerre civile et trouve dans l’enrôlement en tant qu’enfant soldat, l’assurance de manger à sa faim et d’être intégré à une structure. 
il mange à sa faim et se trouve une famille, certes, mais en contrepartie il côtoie la mort, tue, pille, dépèce et se drogue aussi. il est témoin, et victime,  de la corruption qui gangrène le pays, de la duplicité de ses dirigeants, de l’absurdité des guerres qu’ils se livrent et de l’inutilité des organisations internationales.

birahima parle dans son langage à lui, qui est celui d’un enfant qui n’est allé à l’école que jusqu’en CE2, mélange le français et les mots malinkés, les gros mots surtout dont il ponctue toutes ses phrases. faforo ! (sexe de mon père !) ou gnamokodé (bâtardise !). il possède 3 dictionnaires et en tire lui-même l’explication de certains des mots qu’il emploie, au fil de ses phrases, et l’explication  est souvent cocasse

un peu ardu au départ parce que le langage est tarabiscoté, on rentre vite dans l’histoire de Birahima, et on sourit parfois de ses analyses. on apprend pas mal de choses aussi sur cette région et les conflits qui la ravagent. ahmadou kourouma, écrivain ivoirien, la connaît bien. il nous fait partager sa perplexité au travers des mots et de l’expérience de cet enfant et en tire un récit picaresque. 
gnamokodé (bâtardise !)

vendredi 24 mars 2017

mon Elle

je suis abonnée à Elle depuis des années mais ça ne m'empêche pas d'être critique, à l'occasion : on ne se refait pas.
il m'arrive de trouver les pages modes affreuses, comme
ou
mais cette semaine j'ai trouvé une double page très jolie. 


ça m'a donné envie de faire les boutiques. ce que je ferai... en juillet (ici il n'y a rien de rien) 



jeudi 23 mars 2017

fin du pélérinage

fin du pélérinage à abidjan. j'espère que ça vous a plu autant qu'à moi et que j'ai su vous communiquer l'émotion de ces retrouvailles.
prochaine destination : l'éthiopie, où je pars en mission samedi.


je vous raconterai

mercredi 22 mars 2017

awoulaba

en fait de personnages en bois, si les hommes sont représentés très longilignes les femmes sont au contraire bien en chair.
grosses fesses, hanches généreuses, poitrines opulentes, tels sont les critères de beauté locaux.


bon, les critères occidentaux grignotent un peu le terrain, mais il reste des gens pour lesquels la vraie femme africaine n'est pas du genre kate moss.
c'est donc cette vraie femme africaine que récompense le concours awoulaba, organisé chaque année à abidjan.

et même si la minceur gagne du terrain, la fesse plate et le sein maigre ne sont pas du goût des africains ni des africaines et il existe un vrai marché pour donner du volume à l'un comme à l'autre : implants, lipo-injections, culottes rembourrées, voire médicaments à s'injecter, tout est bon pour "étoffer" ce dont la nature a fait don, au risque, parfois, de mettre en péril la santé de la dame insatisfaite..

mardi 21 mars 2017

marché cava

à abidjan, comme dans beaucoup de pays africains on trouve un artisanat riche, inventif, drôle, coloré. au marché cava (centre artisanal de la ville d'abidjan), il y a toutes sortes de choses qui poussent à la dépense et à l'accumulation.

j'ai aimé particulièrement ces personnages en bois peint, très longilignes, dont certains font même 1m50. ils représentent des africains avec des casques coloniaux, en uniformes professionnels ou en costumes trois pièces façon "sapeurs" (je vous reparlerai des sapeurs)

j'ai depuis toujours une passion pour la vannerie, 
qui ne se dément pas. j'ai trouvé les tons de celles-ci très jolis.

mention spéciale pour ces chaises en plastique très colorées (pas faciles à trimballer toutefois)

bien aimé aussi la coiffure de la ptite dame 
qui faisait des colliers


mais il y avait aussi des bijoux, des tableaux sur verre, des sculptures sur bois ou métal, du textile, des tentures, des sacs en peau d'iguane ou de crocodile. 
bref, de quoi remplir nos valises, ce que nous n'avons pas manqué de faire...

lundi 20 mars 2017

grand bassam

là où on passait nos week-end à l'époque c'était grand bassam. à l'époque il n'y avait rien du tout de construit sur le littoral. nous passions la nuit dans des paillotes rudimentaires et c'était génial.
aujourd'hui, grand-bassam, c'est comme la baule (dans un autre genre) construit tout le long de la plage.

nous y avons fait un saut, pour déjeuner les pieds dans le sable.



d'une délicieuse sole des tropiques (pour moi)
puis un tour en ville, dans le quartier français






La Compagnie Française d'Afrique de l'ouest, fondée en 1887 par un marseillais, spécialisée dans le commerce de produits alimentaires et de consommation courante existait encore sous ce nom en 1990, date du rachat par le groupe Pinault. en tout cas à bassam, en 2016, ça n'a pas l'air très dynamique...



première capitale de côte d'ivoire, inscrite au patrimoine mondial par l'unesco, objet de plans de restauration financés par la france depuis plusieurs années, la ville coloniale est pourtant en ruine et mériterait un vrai sauvetage.

dimanche 19 mars 2017

assinie

à l'est d'abidjan il y a assinie. trop loin et trop compliqué du temps où j'y étais, assinie c'est miraculeusement rapproché depuis qu'il y a une 3 x 2 voies qui y mène.

situé entre mer et lagune, ce qui donne ça vu d'avion, c'est là que furent tournés "les bronzés".


en vrai ça donne un petit paradis sur terre. fils aîné nous y avait choisi un hôtel roots, comme je les aime.
des huttes sur la plage


des lits de repos (parce que tout ça c'est fatigant)

des pêcheurs, la mer...

et des cons qui faisaient du jet ski

samedi 18 mars 2017

margouillat


voilà ce qu'on appelle un margouillat en afrique de l'ouest et à la réunion notamment. un gros lézard (agamidé) des savanes dont l'habitat s'étend dans toute l'afrique au sud du sahara. il se nourrit d'insectes, est très actif et vit le jour.
le mâle porte des couleurs vives et il a la particularité de faire des "pompes" sur ses pattes avant.

plus gros que le gecko qu'on trouvait aux seychelles, il ne fait pas de bruit contrairement à son petit cousin, dont les cris s'entendaient très bien notamment la nuit.

vendredi 17 mars 2017

résidence bellini

c'est le nom du petit immeuble dans lequel on habitait. il donnait sur le port à bois et la voie ferrée abidjan-ouagadougou. c'est là qu'on a vu pour la première fois des grappes humaines accrochées aux wagons. bien avant que ça soit montré à la télé. on n'en revenait pas.
la résidence bellini existe toujours, en moins bien, avec des grilles en plus, mais elle est toujours là. on est même rentrés dans un des appartements.

le port à bois d'alors aujourd'hui le carénage principal d'abidjan, vu de la fenêtre de l'autre appartement du palier

l'entrée. avant il n'y avait pas de grilles

la façade. là aussi qu'on a découvert les claustras. ces murs en briques trouées qui laissent circuler l'air.

le côté et l'escalier vers le jardin devant

autrefois il y avait là le portail qui menait à une villa. il a été muré et sur ce terrain est maintenant située une caserne. c'est d'ailleurs cette caserne qui s'est embrasée en décembre dernier.

l'ensemble a vieilli mais je l'ai reconnu tout de suite depuis la double voie en contre-bas. on n'a pas trouvé tout de suite l'accès mais on y est arrivé. le quartier est aujourd'hui fermé par un portail, sans doute à cause de la caserne. mais on est en afrique et le portail est toujours ouvert.

jeudi 16 mars 2017

abidjan, ambiance-dé

réseau routier de très bonne qualité, autoroutes, péages, échangeurs. ça fait bizarre.

la lagune jamais loin

le quartier d'affaires du plateau depuis l'hôtel ivoire

enfants en voyage scolaire à la basilique de yamoussoukro

fleurs de lotus



 l'afrique est religieuse, on ne l'oublie jamais quand on roule

petit métier : siège de cireur de chaussures


vendre du nescafé en côte d'ivoire, qui vit en grande partie de sa filière café-cacao, c'est fort de café. et bien il y a partout de ces petits kiosques dans les rues et le plus petit des estaminets a sa nespresso et ses capsules de café d'importation. mondialisation...



petite précision sur "ambiance-dé". les ivoiriens ponctuent leurs phrases de "dé". ça semble marquer le dédain ou la moquerie, je ne sais pas trop mais c'est marrant.