mercredi 22 mars 2017

awoulaba

en fait de personnages en bois, si les hommes sont représentés très longilignes les femmes sont au contraire bien en chair.
grosses fesses, hanches généreuses, poitrines opulentes, tels sont les critères de beauté locaux.


bon, les critères occidentaux grignotent un peu le terrain, mais il reste des gens pour lesquels la vraie femme africaine n'est pas du genre kate moss.
c'est donc cette vraie femme africaine que récompense le concours awoulaba, organisé chaque année à abidjan.

et même si la minceur gagne du terrain, la fesse plate et le sein maigre ne sont pas du goût des africains ni des africaines et il existe un vrai marché pour donner du volume à l'un comme à l'autre : implants, lipo-injections, culottes rembourrées, voire médicaments à s'injecter, tout est bon pour "étoffer" ce dont la nature a fait don, au risque, parfois, de mettre en péril la santé de la dame insatisfaite..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire