vendredi 23 novembre 2012

deux coques et un coeur de crème


le macaron, deux coques genre meringues réunies par un cœur de crème, est à la mode. et comme dans toute mode il y a des collections ; hiver ou été, ce ne sont pas les mêmes parfums qui font courir les petits gourmands. l’été c’est plutôt fruité : citron, mangue, litchee, passion. l’hiver voit le retour des parfums classiques, chocolat, vanille, praliné, pistache. le caramel au beurre salé a toujours beaucoup de succès, quelles que soient les innovations, voire même les audaces ou carrément les extravagances de certains maîtres patissiers.
quant à moi, je ne suis pas amateur, je suis même plus que sceptique quand je vois, ou que je goûte des macarons violette/anis ou violette/réglisse. vous me direz que je n’aime pas la violette. et bien si ! mais dans les colognes, pas dans la bouche. à vrai dire je ne suis pas plus inspirée par les associations thé vert/girolle/citron ou vanille/clou de girofle. je trouve que tous ces parfums ne s'apportent rien, ou même se tuent les uns les autres, et qu'une fois en bouche on ne différencie plus rien. je suis même dévastée* par le chocolat/foie gras.
bref, lorsqu’on vit à paris, il se trouve toujours quelqu’un pour vous apporter ou vous vanter ceux de pierre hermé. et le petit qui monte c’est jean-paul hévin. ladurée est un peu dépassé (quoiqu’il en vende quand même 50 000 par jour), en revanche j'adore leur site. il est… exquis. une petite visite s'impose : http://www.laduree.fr/fr/fabricant/produits/macarons


et si vous voulez goûter...bon appétit !

3 commentaires:

  1. Compagnon Idéal, lui, est fan de ces macarons aux associations toutes plus audacieuses les unes que les autres, même si je ne dénigre pas les classiques des grands pâtissiers. Si je n'ai pas la prétention d'avoir un palais si délicat, je sais en général reconnaitre qu'il y a plusieurs saveurs en jeu, même si je ne met pas forcément un nom dessus. Quant à la qualité des ingrédients, on distingue très bien entre les macarons carrefour et ceux des maîtres de macarons.

    Et sinon, personnellement, je suis plutôt Pierre Hermé (en avoir un à 150m du travail aide un peu il est vrai) ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, mes préférés depuis bientôt...20 ans (le temps passe!) sont ceux, très classiques, au café du Bon Marché. J'y suis passé la semaine dernière: ils ne sont pas à 1.70 euros, juste le double!!!
      Mais cela vaut le coup d'y aller, aussi pour voir la Grande Epicerie
      Géraldine

      Supprimer
  2. Oui compagnon idéal la qualité des ingrédients certes,mais également la précision toute industrielle du procès comme on dit... contrôle des ingrédients à l'arrivée, contrôles en cours de mise en oeuvre, températures, granulométrie, maîtrise du temps de croûtage et du temps de cuisson, courbe du refroidissement, et je dois en passer. Le vrai miracle c'est de trouver des bipèdes équipés d'un cerveau capable de donner 1,70 Euro pour un macaron. Question : puisque la recette du macaron utilise exclusivement du blanc d'oeuf que fait-on des jaunes ? réponse A : on fait des cannelés que l'on livre aux restos du coeur, réponse B : les jaunes sont jetés, réponse C: on utilise du blanc en poudre .

    RépondreSupprimer