mercredi 10 septembre 2014

sus aux moustiques

vivre en afrique c'est pas seulement manger des mangues et faire des photos (lol) c'est aussi se protéger des moustiques, lesquels à bujumbura transmettent le paludisme (mais ni la dengue, ni le chikungunya). 

cette maladie qu'on appelle aussi la malaria tue plus de 1.2 millions de personnes dans le monde chaque année. en afrique, chaque minute un enfant meurt du paludisme. on le voit ebola est bien loin derrière.

se protéger au quotidien, ça veut dire : 

mettre des moustiquaires sur toutes les ouvertures, 
 

et une en plus au dessus du lit,
 

utiliser des insecticides en spay pour la maison
 

et également des répulsifs pour la peau
 

mais ça veut dire aussi suivre un traitement préventif. 
il en existe de plusieurs sortes, chacun avec ses effets indésirables, hallucinations, désordres digestifs, paranoia etc... il faut trouver celui que l'on supporte le mieux. l'idée est de le prendre pendant les trois premiers mois du séjour puis d'arrêter, le corps prenant alors le relai, tout en continuant la protection par ailleurs, pour limiter l'exposition (moustiquaires etc...). chacun adopte le comportement qui lui convient. certains choisissent de ne rien prendre et de traiter en cas d'atteinte. cela se soigne très bien.

nous, nous prenons du malarone. pas d'effets indésirables pour l'instant. 



 réserves apportées pour trois mois ; non remboursé par la sécurité sociale : total 450 euros de traitement, faut c'qui faut !


4 commentaires:

  1. Ah la vache !
    Vaut mieux attraper Ebola alors c'est remboursé...
    Béné

    RépondreSupprimer
  2. ben la CMU n'existe pas à Bujumbra :-)
    ça fout la frousse...je vais p't'être changer de destination pour mes prochaines vacances !! Bisous à vous2 + polka. Fabinou

    RépondreSupprimer
  3. Entre les moustiques, les médocs hors de prix non remboursés, le placard barbecue..... et tout ce que l'on ne sait pas encore ! BON COURAGE A TOUS LES DEUX. GROS BISOUSSS DE TOULOUSE

    RépondreSupprimer
  4. tu as raison, la fête ne fait que commencer...

    RépondreSupprimer