lundi 26 octobre 2015

ivoire végétal

c'est tiré du noyau du fruit de plusieurs palmiers, notamment l'hyphaene petersiana ou umukoko du burundi

j

jeune, ce noyau est constitué d'un lait comestible sucré, 
qui durcit en mûrissant, un peu comme dans la noix de coco

on émonde les noix, puis, si on veut faire des perles on les coupe en tranches dans lesquelles ont découpe un ou plusieurs disques selon la taille des perles recherchée



il faut ensuite les meuler dans une machine 
pour quelles deviennent rondes 

mais on peut aussi détailler les noix en morceaux plus gros
une fois teints, polis ou sculptés, voici ce que ça donne

ou encore creusés, des petites crèches avec la sainte famille, elle aussi en ivoire

4 commentaires:

  1. Compagnon Idéal26 octobre 2015 à 11:42

    honnêtement, les colliers sont superbes, même si je ne suis pas fan du lieu de fabrication...

    RépondreSupprimer
  2. Cela à l'air sympa petit collier pour Noel ? TGS

    RépondreSupprimer
  3. Ce palmier appelé aussi palmier "poum" (sans doute le bruit de la noix qui arrive sur votre tête ) fournit la noix de corozo (ou coroso) utilisée au débit du siècle (l'autre...)
    pour tourner des embouts de baleines de parapluie et des boutons (dans le Jura par exemple). C'est ce que faisait mon grand-père; Sur wikipedia une citation de Henri de Monfreid qui parle de cet arbre.

    RépondreSupprimer
  4. Moi je les porterais pas parce que ça n'est pas mon style mais je trouve vraiment les colliers très réussis.

    Béné

    RépondreSupprimer