lundi 13 août 2012

une saga gillo-crucienne



saint-gilles-croix-de-vie c'est aussi une saga, celle de bénéteau née ici il y a un peu plus d'un siècle, aujourd'hui leader mondial de la navigation de plaisance, et longtemps dirigé par une femme, annette roux.



c'est le grand-père d'annette, pêcheur du dimanche mais aussi architecte naval, qui le premier eut l'idée de doter son petit bateau de pêche d'un moteur, sous les quolibets puis l'hostilité de ces collègues pêcheurs qui pensaient qu'ainsi il ferait fuir le poisson.

mais son idée est vite reprise et ses bateaux de pêche motorisés très demandés. l'entreprise familiale, dirigée ensuite par son fils, connait alors quelques décénies d'expansion,

mais le déclin progressif de la pêche oblige la troisième génération, en 1964, à faire preuve d'audace en adoptant la coque de polyester et à se reconvertir dans la plaisance. annette prend alors la barre, ce qui n'était pas spécialement bien vu dans les années 60 surtout en vendée, et mène son entreprise au sommet, ou elle est toujours, à force d'innovation, d'audace et d'anticipation. d'attachement aussi.


à saint gilles, aujourd'hui, bénéteau est incontournable, l'usine-mère est à l'entrée de la ville, la moitié des bateaux du port sont estampillés bénéteau, comme ceux qui font escale ici lors des grandes courses autour du monde, mais surtout bénéteau est toujours le premier employeur de vendée et la famille occupe toujours la maison du grand-père au milieu de la ville.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire