mardi 11 avril 2017

au pays de la reine de saba (5)

copte orthodoxe, c'est le rite des éthiopiens... ils affirment que le Christ a une nature unique, d'ordre divin (la plupart des Églises chrétiennes admettent la double nature du Christ, divine et humaine) et ils ne reconnaissent pas le pape. 


d’abord juifs,  depuis la love affair de salomon et la reine de saba ils furent païens jusqu’au 4ème siècle de notre ère. l'éthiopie fut ensuite l’objet d’une intense évangélisation venue d’alexandrie.  jusqu’en 1881 le clergé d’éthiopie était égyptien et nommé par alexandrie. puis des éthiopiens furent nommés mais toujours consacrés par alexandrie.

en 1959 l’éthiopie s’est affranchie de cette tutelle. la révolution marxiste de 1974 a ensuite séparé l’église de l’état, confisqué ses biens, fermé les séminaires. 
à la chute du régime en 1991, l’église retrouve un peu de liberté. 
c’est aujourd’hui la religion majoritaire d’éthiopie, 44%, suivie par l'islam sunnite, 34% (celui de l’arabie saoudite), le protestantisme (19%) et le catholicisme (1%).


à noter qu’à tous ceux-là s’ajoutent les rastafaris, adorateurs de hailé sélassié, dont sont inspirés les jamaïcains et qui portent les dreadlocks des résistants éthiopiens qui luttaient contre les italiens.



bref tout cela donne de drôles de rites.


l'église construite par ménélik 1er en haut du mont entoto qui domine addis (violemment rénovée à mon avis), un enneagone (9 côtés). en jaune le bâtiment qui abrite les cloches. apparemment chez les coptes c'est séparé.


les fidèles s'inclinent devant des icônes recouvertes de rideaux, 
ou alors font le tour de la coursive à genoux



ici la cathédrale de la sainte trinité, 
commencée par ménélik II et terminée par hailé selassié



sur les plafonds peints, à côté d'une reproduction de la cène ou de la résurrection, classiques, on reconnait une séance de la société des nations de genève devant laquelle hailé selassié prononce un discours après l'invasion de l'italie (invasion qui a duré de 36 à 41. à noter que l'éthiopie est le seul pays africain à n'avoir jamais été colonisé)


et là on célèbre la victoire de l'empire éthiopien sur l'italie à adoua en 1896 (première guerre avec l'italie)

dans les églises locales on enlève ses chaussures, hommes et femmes sont séparés et on utilise les bâtons à la fois pour scander les sermons  d'un mouvement de bâton sur l'épaule et pour se reposer lors des très longs cultes. 


l'icônographie est bien d'inspiration orthodoxe. quoique longtemps sous tutelle égyptienne, donc orientale, une autre inspiration se fait jour. je vous en reparlerai.

1 commentaire:

  1. Compagnon Idéal11 avril 2017 à 17:07

    eh bien ! la religion, ce n'est pas simple là-bas...

    RépondreSupprimer