jeudi 5 janvier 2012

résolutions 2012 (2)


en ce début d’année,  comme chaque année d’ailleurs, la galette des rois est reine.

je vous épargnerai les querelles de clocher (!) au sujet de son origine : aujourd’hui plus grand monde ne se souvient de la signification du jour des rois dans la tradition paienne, les églises byzantines, latines ou autre arménienne.

on a déjà du mal à se souvenir du nom des trois rois mages dont il est question dans la version qu’on retient en France depuis plus de sept cent ans. je vous aide… il y a melchior, gaspard et balthazar. entendant parler de la naissance d’un messie, ils ont traversé tout l’orient (avec des noms pareils ?), guidés par une étoile, pour venir déposer à ses pieds de la myrrhe, de l’encens et de l’or.

et nous, 2000 ans et des brouettes plus tard, pour célébrer ce moment, on « tire les rois¨». c’est bizarre, y a pas vraiment de rapport, mais bon..…on déguste une galette, dans laquelle est cachée une fève. celui qui tombe sur la fève est le roi de la journée et ceint son auguste crâne d’une superbe couronne d’or. on peut même collectionner les fèves, on est alors un fabophile. 


 

traditionnellement, c’est le 2ème dimanche après noel, mais la plupart du temps on commence quasiment avant et on en profite bien après.

il y a eu des années ou leptitlu trimballait ses fèves, faisait lui-même sa galette, et les couronnes d’ailleurs (avec les enfants, quand même), parce qu’on n’en trouvait pas dans le commerce local, et d’autres où on s’en passait faute d’ingrédients, mais en gros on rate rarement cette occasion de s’empiffrer. ici les boulangeries-patisseries en regorgent, et elles sont délicieuses, qu’on préfère la frangipane, les fruits confits ou la poire-chocolat.

 

c’est bien dommage d’ailleurs parce que ça arrive pile poil après les résolutions du début d’année. enfin bon les résolutions c’est pas non plus des diktats, des oukases, des ordres impératifs, c’est, comme diraient nos amis indiens, des guidelines… un peu comme le code de la route là-bas. vous voyez, quoi !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire