lundi 15 avril 2013

gare de l'est


 
tous les lundis matins, à l'heure où blanchit la campagne (comme dirait victor), on se lève à 5h45 pour que compagnon idéal retourne à la mine pousser ses wagonnets, dans le nord est, et pour ce faire il prend son train à la gare de l'est. 
elle s'appelait autrefois la gare de strasbourg et se trouve d'ailleurs au bout du bout du boulevard de strasbourg, qu'elle termine. elle dessert l'est de la france, le luxembourg, la suisse, l'autriche, l'italie, l'allemagne, la russie. et même istanbul par le venise simplon orient express. bon... compagnon idéal s'arrête au luxembourg : ça fait moins rêver mais c'est mieux payé.
 
amateurs de monopoly, la gare de l'est ne fait pas partie des 4 gares de la version parisienne. on se demande bien pourquoi : elle est plutôt belle, pas glauque du tout contrairement à la gare du nord qui est plutôt mal famée et qui elle y figure. un seul mot, boycottez, n'achetez pas !




le fronton de la gare de l'est s'illumine en éventail quand il fait nuit,



elle a été joliment rénovée en 2008 et est inscrite à l'inventaire des monuments historiques :  elle est propre, les magasins sont engageants, y a des pubs et de la lumière partout, un super buffet art déco qui n'a rien à envier au train bleu, dont je vous ai déjà parlé le 17 janvier dernier,



et dans le hall grandes lignes, une grande toile qui représente le départ des poilus en 14 a été peinte et offerte par un peintre américain, albert herter, en souvenir de son fils mort au champ d'honneur en 1918 à chateau thierry. car c'est de là que partaient les soldats mobilisés pour rejoindre le front de l'est pendant les deux guerres mondiales.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire