vendredi 29 mars 2013

à lili pour la vie

ça a commencé au pont des arts et ça s'est étendu aux autre ponts, puis ça a mystérieusement disparu en une nuit, tout, et puis c'est revenu, et maintenant il y en a des milliers.
je vous parle des cadenas d'amour. comme les messages dans le mur de jerusalem mais en plus paiën, ou les coups de lame dans le tronc des arbres, mais en plus écolo, ou encore comme l'encre sous la peau mais sans la douleur, c'est comme ça maintenant qu'on dit "à lili pour la vie" ou à "julio mon gros lot",  en verrouillant un cadenas sur le parapet d'un pont.
d'abord inquiète pour son précieux patrimoine, la ville a décidé de fermer les yeux et considère désormais ce phénomène comme une preuve que la ville vit avec son temps.



amoureux de partout, vous savez donc ce qui vous reste à faire...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire