jeudi 23 juin 2011

menage d'ete

pour les eternels nomades que nous sommes, le grand menage ce n'est pas au printemp, c'est un ete tous les 3 ou 4 ans, puisque c'est la duree moyenne d'un sejour dans les pays ou on installe nos penates.

a cette occasion on constate avec effarement tout ce qui s'entasse en si peu de temps, dont on n'a nul besoin, qu'on n'a nulle intention de garder, et dont il faut absolument se debarrasser avant de faire venir le demenageur.

lui en effet, emballera dans un luxe de precautions, une debauche de papier d'emballage, plastique a bulles et autre rouleaux de polystyrene menacants pour l'environnement et la sauvegarde des forets, le tout sans trier, et sans discernement, y compris un truc sans importance, sans valeur ou meme casse, et qui vaudra trois fois moins que le precieux emballage, tout en nous emmerdant dans le futur minuscule appartement qui sera le notre a paris et que desormais je designerai sous le nom de  "clapier"...

papiers entasses a defaut d'etre tries et jetes au fur et a mesure, bibelots ordinaires achetes au coup de coeur en arrivant dans le nouveau pays, tissus acquis au cas ou, innombrables cables informatiques ou electriques impossibles a identifier ni meme d'ailleurs a desenchevetrer, livres deja lus et qu'on n'a jamais relus mais qu'on avait deja trimballes dans l'autre sens, livres qu'on a lus et qu'on ne relira jamais mais qu'on va trimballer quand meme, vetements achetes jamais portes mais qui ont traverse les oceans dans tous les sens, tout ca bien sur couvert de poussiere parce que ca n'a jamais servi, ou pire sentant le moisi apres deux moussons consecutives...

les bouquins, enfin presque

bref le grand deballage/emballage a commence, assorti des marchandages habituels (oui je veux garder ca... mais tu ne l'as jamais sorti du placard... si je veux quand meme l'emmener... grrrr). ce matin j'en ai rempli toute la cuisine que shiv revendra au poids a son profit, tant mieux pour lui et tant mieux pour nous.


la cuisine, enfin presque


mais il y a toujours un moment ou, accablee par l'ampleur de la tache, je finis par me demander ce que ca doit etre quand on vide une maison qu'on habite depuis 20 ans ou meme depuis toujours... ca doit etre assez monstrueux...

1 commentaire:

  1. Je confirme, pour y être également en plein dedans, que ces déménagements récurrents sont un véritable cauchemar, mais tout de même, quel plaisir de tout sortir des placards et de se mettre à trier à même le sol, se rappeler les moments au cours desquels tel objet a été acheté, telle occasion où un des enfants a dessiné ce chef d'oeuvre et surtout, surtout, le plus jouissif, JETER ce qui aurait dû l'être depuis des années ! Bon courage pour votre déménagement.

    RépondreSupprimer